Les grands défis des enseignants

Carolanne Tremblay
Carolanne Tremblay

Que tu sois un nouvel enseignant ou que tu enseignes depuis de nombreuses années, ta profession apporte son lot de défis quotidiens. Et je sais que tu as besoin qu’on en parle, surtout cette semaine, Semaine des enseignantes et des enseignants.

Je ne suis plus enseignante, mais je l’ai été pendant dix ans ! Dix magnifiques années où j’ai eu la chance d’accompagner des jeunes de 12 à 17 ans, de les soutenir, de les écouter, de les aider à développer leur sens critique. J’ai quitté l’enseignement avec le cœur lourd, mais je ne regrette pas mon choix ! Cependant, enseignante un jour, enseignante toujours. Je suis avec toi et je te comprends quand tu parles des nombreux défis que tu dois constamment affronter. Ce n’est pas toujours facile, la vie de prof ! Peu importe ce que les gens disent…

Au moins, je sais que beaucoup de personnes (plus qu’on se l’imagine) comprennent la réalité quotidienne des gens en éducation et qu’ils respectent ton travail ! Plusieurs savent que tu es un superhéros du quotidien.

La valorisation de la profession enseignante

Actuellement, la profession enseignante n’est pas valorisée dans notre société. Dire que nous sommes professeur, parler du fait que nous travaillons dans les écoles, nous amène son lot de commentaires comme « Quelle chance tu as d’avoir deux mois de vacances l’été ! », « Vous êtes bien les profs, je ne comprends pas pourquoi vous vous plaignez… ». Ce sont des commentaires difficiles à entendre quand nous savons à quel point notre métier peut être complexe.

Plusieurs se demandent pourquoi je crois que c’est aussi important de valoriser les enseignants ! C’est simple, parce que leur travail est essentiel pour bâtir notre société de demain. Sans les enseignants, comment éduquer nos enfants ? Comment préparer la postérité de la collectivité ? Comment se préparer à affronter l’avenir ?

Pour les non-enseignants, il faut savoir qu’enseigner c’est affronter de nombreux défis comme la précarité d’emploi, les nombreuses heures de travail non reconnues par l’employeur, l’intégration des élèves en difficulté et le manque de considération généralisé.

L’impact des nouvelles technologies sur la profession

Depuis que j’ai quitté l’éducation, je travaille chez Optania, une entreprise qui développe des outils technopédagogiques intelligents destinés au milieu scolaire. Je sais qu’il est attendu des enseignants de savoir comment utiliser les nouvelles technos dès leur sortie. Aujourd’hui, ta pédagogie doit s’adapter constamment aux nouveaux produits offerts. Les élèves et leurs parents s’attendent à ce que tu sois à la fine pointe de la technologie. Mais où peux-tu trouver le temps de vous former ? De les adapter à tes besoins d’enseignant ?

La motivation des élèves

C’est un travail quotidien que de garder les jeunes motivés dans les classes ! Les enseignants doivent sans cesse se renouveler, créer de nouvelles activités, essayer de nouvelles pédagogies afin que leurs élèves demeurent attentifs. Nous le savons tous que la motivation est directement liée à la réussite. C’est pour cela que les enseignants continuent de vouloir trouver de nouvelles idées pour que les jeunes devant eux participent positivement !

Mais il est important que tous sachent que la motivation n’est pas que l’affaire des profs, elle est l’affaire de tous !

Le prof doit, lui aussi, garder sa propre motivation. Pour transmettre ta passion, tu dois toujours être au sommet. Enseigner avec passion et enthousiasme n’est pas toujours simple au quotidien.

Soutenir les élèves en difficulté

L’intégration des élèves en difficulté dans les classes est, selon moi, une bonne chose! Cependant, il faut comprendre que ce n’est pas simple pour un enseignant. Il est primordial de respecter le rythme de chacun. Il faut que les élèves performants soient constamment alimentés de nouveautés, alors qu’il faut adapter le matériel et le rythme aux élèves pour qui c’est plus difficile.

Aucun jeune ne peut être oublié et chacun mérite de réussir. Mais il est normal que, parfois, les professeurs se sentent abandonnés devant la charge de travail qui s’accumule.

La « foutue » correction et la gestion du temps

La grosse partie du travail d’un enseignant est (sans grande surprise) d’enseigner ! Mais il faut aussi préparer ses cours, corriger les travaux, les examens, les exercices, etc. Ça en prend du temps, corriger tout ce que font les élèves ! La plupart des enseignants n’arrivent pas à le faire dans leurs périodes « libres », car ils doivent aussi participer à des comités scolaires, faire de la surveillance dans les corridors ou dans la grande salle, ou toutes autres tâches connexes…

C’est alors que la correction doit se faire les soirs de semaine ou pire, la fin de semaine. Hé oui, la majorité de la population l’ignore, mais les enseignants travaillent régulièrement, une fois que leur journée ou leur semaine est terminée, à la maison. Ils n’ont pas le choix, je n’avais pas le choix ! Il faut bien que ça se corrige ces travaux.

Alors, si tu es enseignant, depuis un an, 10 ou 20 ans, sache que tu es un superhéros du quotidien. Un superhéros qui n’est pas reconnu à sa juste valeur par la société qui l’entoure. Un héros de l’apprentissage et de l’adaptation à la nouveauté et aux technologies. Un « superman » (une « superwoman ») de la motivation et du soutien aux jeunes en difficulté. Un maître de la jonglerie avec les horaires, les multiples tâches et le temps !

Sois fier(ère) de toi, de ton travail, de ton acharnement, de ta passion. Continue à transmettre tes connaissances et à développer les compétences des jeunes de ta classe. Ne lâche surtout pas, tu transformes la société d’aujourd’hui et tu crées les adultes de demain.

Pour cela, je te remercie.

Bonne semaine des enseignantes et des enseignants à toi et à tes collègues !

« Les vrais héros ne portent pas de cape, ils enseignent. »

Carolanne Tremblay

Directrice, secteur pédagogique

Let us guide you

Contact Optania